Historique du projet

 

Le concept de conservation des bois par maîtrise de la température est apparu juste après les tempêtes de 1999. A cette époque, le créateur du projet (M. Luc EVRARD) occupait un poste de chargé de mission au sein de l'association des communes forestières de Meurthe-et-Moselle et à ce titre participait, en lien direct avec l'administration, les collectivités et l'ONF, à la gestion de la crise forestière profonde provoquée par les ouragans "Lothar" et "Martin". Cette crise a été double :

  • D'abord, l'afflux de bois sur le marché a fait s'effondrer les cours rapidement et durablement, pénalisant les finances des propriétaires producteurs sur le très long terme
  • Puis, dans les années suivantes une pénurie de matière première due à la perte de capital sur pied a causé de graves difficultés à l'industrie du bois

 

Après les tempêtes de 1999, le stockage des bois bruts (grumes et billons) est rapidement apparu comme un très bon, voire le meilleur outil pour gérer la crise. En effet, le stockage permet de planifier un écoulement des chablis dans l'économie locale sur plusieurs années et ainsi d'atténuer les deux effets constatés (une chute des cours suivie d'une pénurie). Sans cet outil, les capacités locales de transformation peuvent - suivant les volumes concernés - être vite dépassées et la seule solution réside alors dans un export des produits vers d'autres territoires, parfois très éloignés.

 

Mais les techniques actuelles de stockage ne sont pas satisfaisantes et il reste difficile encore aujourd'hui de maintenir la qualité des bois bruts dans le temps ; fournir un outil performant de stockage à la filière forêt / bois est précisément l'enjeu auquel le programme de recherche "CoolWood®" ambitionne de répondre.

 

Ce sont donc les tempêtes et leurs effets qui ont inspiré l'idée du procédé. Mais les possibilités d'application de ce dernier se sont par la suite révélées bien plus larges : en effet, la dégradation biologique des bois cause à l'industrie des pertes importantes tout au long de leur mobilisation. Au fur et à mesure du développement du projet, il est ainsi apparu de plus en plus clairement qu'un procédé efficient de maintien de la qualité des bois pourrait permettre, en plus de gérer les situations post tempêtes :

  • De mieux organiser la commercialisation des bois en sortie d'exploitation forestière
  • D'améliorer les rendements matière des industries qui font face à d'importantes pertes
  • De mieux maintenir la qualité des bois au cours des transports maritimes en containers

 

Dix ans après l'émergence de l'idée, soit en 2010, le projet a fait l'objet d'un dépôt de brevet d'invention à l'INPI en septembre 2011.

 

Puis, un consortium de partenaires publics et privés s'est progressivement rassemblé autour du projet, qui a produit un travail collectif de définition des tâches à réaliser pour atteindre l'objectif visé, sur la période de mars 2011 à mars 2012.

 

En mars 2012, ce travail collectif s'est traduit par une proposition de recherche à l'ANR, qui l'a retenue en juillet 2012 avec 15 autres projets dans le dispositif national Matetpro.